PRESSE

A

Par Marie-Françoise Jay

Un feu d’artifice de projets artistiques

La Cie Yasvin Kham innove avec un spectacle pyrotechnique et de l’audiovisuel.

Clara Rivoallan, nouvelle présidente de la compagnie Yasvin Kham, et Nicolas Héraud, directeur artistique.

Clara Rivoallan, nouvelle présidente de la compagnie Yasvin Kham, et Nicolas Héraud, directeur artistique. (Photo M.-F. J.)

Cette saison, la compagnie de théâtre Yasvin Kham ou les larmes du soleil et son créateur, Nicolas Héraud, prennent une nouvelle orientation. Tout d’abord, la compagnie a une nouvelle présidente, Clara Rivoallan, danseuse des ballets de La Rochelle et de la compagnie Yasvin Kham, pour laquelle elle assure également la chorégraphie. À l’actif de la compagnie blanquefortaise, deux nouvelles créations pour le jeune public : des contes africains destinés aux collégiens des classes de sixième.

Deuxième création, « Bill et le Kid », un duo de magiciens, tout droit sorti d’un film de Chaplin, qui présente un spectacle drôle, poétique et interactif, tout simplement étonnant pour cette discipline, conduisant l’art de la magie sur des sentiers inattendus. « Bill et le Kid », avec Nicolas Héraud et Fabrice Moreau, sera présenté le mercredi 7 novembre, à 10 h 30, au Mascaret de l’ABC ; représentation offerte aux enseignants et acteurs culturels qui voudraient programmer ce spectacle.

D’autre part, après de longues années au service des arts de la rue, Nicolas Héraud poursuit d’autres expérimentations artistiques vers des formes plus atypiques et plus contemporaines, mais toujours accessibles au grand public.

Cinq bases sous-marinesEn témoigne l’œuvre audiovisuelle et chorégraphique « BSM », filmée au sein des cinq bases sous-marines françaises (Bordeaux, La Rochelle, Saint-Nazaire, Lorient et Brest). L’idée étant d’aboutir à une exposition audiovisuelle itinérante des cinq films. Le premier a été tourné à Lorient, exposé en relation avec le festival Les Nuits du grand frisson, dans le cadre des Journées du patrimoine.

Avec ce projet, Nicolas Héraud réfléchit sur l’avenir de ces édifices dans le paysage urbain et social, manière de réinterpréter ces lieux avec des éléments historiques. Nicolas Héraud avait déjà fait un premier essai en 2008, à Bordeaux.

Décembre, fête de la lumièreEnfin, se servant de son expérience, Nicolas Héraud continue de proposer des performances pyrotechniques pour une mise en valeur de sites atypiques. Il présentera une partie de sa nouvelle performance de flammes et artifices « Les Ombres rouges », à l’occasion des 10 ans de la Fête de la lumière – le 14 décembre, dans le parc Carpinet. Très créative, la compagnie Yasvin Kham, qui vit en autofinancement et emploie quatre artistes intermittents, vise Avignon avec un huis clos « 9 m² », en cours d’écriture.