Bio

D’origine Tsigane, ce nom signifierait « larme / soleil ». Décliné en « les larmes du soleil« . Sans signification recherchée, il y a cependant l’expression des différentes émotions et contrastes qui traversent un corps, une âme, un chemin parcouru, une existence ou le temps d’un spectacle.

Créée en 2001,  elle cible ses propositions artistiques autour de performances pyrotechniques jusqu’en 2012,  avec trois créations pour le secteur des arts de la rue, où se rencontrent une performance novatrice du cracheur de feu et le mouvement.  Les créations sont programmées dans de nombreux festivals (Fest’arts (Libourne), L’Echappée Belle (Blanquefort), Les années Jouée (Tours), Grand’Chambardement (Nantes), Festives halles (Questembert),  festival de Ramonville (Toulouse) etc…..

Depuis 2013, elle cible son travail  sur le jeune public avec trois créations inspirées du mouvement de « magie nouvelle ».
En 2013,  « Bill et le Kid« .  Une création qui casse l’image stéréotypée des spectacles de magie pour enfants. Loin des formats traditionnels des arts magiques, Nicolas Héraud propose un regard nouveau sur cette magie jeune public dans un duo de personnages drôles, contrastés, décalés et inspirés des films de Chaplin, Keaton, Arbuckle…pour une présence gestuelle et un travail autour de l’humour visuel.

Ce premier spectacle remporte un accueil très favorable, en particulier auprès des équipes pédagogiques. Il est aussi joué aussi dans les théâtres parisiens (2014). Fort de ce succès, l’auteur créer un second volet en 2015  avec  « Viva l’As Végas« ,  qui pousse plus loin cette envie d’innover dans ce secteur des arts magiques. Ce second volet sera programmé dès sa sortie, au festival « L’Echappée Belle » à Blanquefort (33).

Enfin, poussé par de nombreuses sollicitations , un troisième opus sort en 2018: « Court- Circuit ». Un format différent des deux autres, sans texte et qui met en scène un seul des deux personnages. L’ensemble de ces trois créations se présente sous la forme d’une trilogie.

Nicolas Héraud

Artiste pluridisciplinaire, danseur pour la création de Carolyn CARLSON & BARTABAS («We Were Horses » 2011 / 2013), Il se forme aux arts du cirque à Bordeaux, puis à l’art dramatique à Paris sous la direction de Christian Le GUILLOCHER (Théâtre du Lucernaire). En 2001 et 2002, ses deux recueils de poésie sont publiés aux éditions publibook, « Les larmes du Soleil » et « Chemins de Fer ». Nicolas Héraud créer la Cie « YASVIN KHAM…les larmes du soleil», en 2001 à Blanquefort (33).

Il se spécialise d’abord dans la technique de cracheur de feu qu’il croise avec la danse contemporaine en 2003. Cette expérience influence par la suite son univers créatif, très marqué par la rencontre entre feu et mouvement, dans laquelle il innove la technique et l’image du cracheur de feu jusqu’en 2012.

Artiste de performance, ses créations s’attachent à représenter les violenceset les mécaniques du monde moderne sous la forme d’un chaos poétique. En témoigne son solo de danse « LOST… » (2010), écriture « baudelairienne » du corps. Puis «BSM…Part One » (écritures chorégraphiques filmées dans les bases de sous-marins. 2011) avec cette volonté de se réapproprier un lieu, le choquer, afin d’en ressortir ses enjeux et les confronter à sa génération. C’est spontané…c’est brut. Chaque sous-terrain à sa lumière, les voies d’expression sont explorées sans limites. Le laid côtoie le beau, le burlesque naïf alterne au cynisme et à l’ironie acerbe, la violence se mêle à la douceur.

Depuis 2012, il s’oriente vers le jeune public avec la création d’une trilogie inspirée des univers cinématographiques de Chaplin, Keaton, Roscoe Arbuckle..

Il met en scène un duo de magiciens qui, dés sa première réalisation : « Bill et le Kid« , propose de sortir des clichés attachés à la magie pour enfant. Très sollicités par le milieu scolaire, ces spectacles sont aussi programmés dans les théâtres parisiens (2014) et les festivals.

En 2015, il réalise le second volet « Viva l’As Végas » (Festival « L’ échappée belle ». 2016), puis en 2018, le troisième opus « Court-Circuit», dans lequel il évolue seul avec son personnage du « Kid ». Avec cette troisième création, sans texte, il confirme sa volonté de proposer au jeune public un autre langage magique, un regard nouveau et sans codes.